Händschefabriken zu Lëtzebuerg
Manufactures de gants au Luxembourg
Handschuhfabriken in Luxemburg


Bertrange


Händschebau
27 rue de Mamer à Bertrange (gantières travaillant pour le compte de la maison Lippmann de Bonnevoie (1836), Ganterie Reinhard (1882)

         
Bonnevoie Charles Auguste          
Bonnevoie Lippmann Jonas          
Bonnevoie Omlor Adolf          
Eischen Chamoiserie et maroquinerie Cahen & Cie   1888-1890      
Esch / Sûre Atelier de couture Reinhard          
Grund De Marie (1849)          
Grund Albert Reinhard / Geiershoefer, Grund (tannerie, teinturerie, ganterie)          
Hollerich

Jean Gehlen - Theysen, fabricant de gants
Gaspericherberg

  1868      
Larochette Teinturerie de peaux pour gants Unden Charles (fils)   1893      
Larochette Teinturerie Reinhard          
Luxembourg Bloc          
Luxembourg Ganterie française de l'Union S.A.          
Luxembourg Godfried Cain - Mayer von Guldren   1870      
Luxembourg Hellinckx          
Luxembourg Hensé Jean          
Luxembourg Heymann          
Luxembourg Krau - Rausch Jacques          
Luxembourg Lasabatie          
Luxembourg Levy Myrtil          
Luxembourg Mayer Gabriel          
Luxembourg Noppeney - Wagner Joseph          
Luxembourg Roeser François          
Luxembourg

Abraham Lazard, de Lunéville (Vater? der luxemburger Handschuhindustrie / fondateur de l'industrie des ganteries au Luxembourg) - Jeanette Godchaux (soeur de Pinas et Lyon Godchaux)

         
Luxembourg Alexandre Schmit et Cie          
Luxembourg Storm (Geiershoefer) Frédy, 7 rue de Nassau
         
Luxembourg van Weersch Nicolas, Gantier

 

       
Mamer

Handschuhnähereien - Händschemaniker

Witwe Kinnen, Elise Klein, Haus Schaber, Haus Trausch

(LW: 16.9.1942)

         
Pfaffenthal Reuter - Niederführ
(près de l'église) 1893
         
Pfaffenthal Gebrüder Weisgerber          
Vianden Atelier de couture Reinhard          
Wiltz Atelier de couture Reinhard, Niederwiltz          
Wiltz Melle Capus / Melle Kaul
op der Lann, Niederwiltz
Maison Hoffmann soeurs (Fink)
Personnel: 50-75 filles
         
Wiltz Maison Binsfeld, Niederwiltz
Handschuhnäherei Binsfeld, Wiltz (bei der Brücke), arbeitete für Krau, Luxemburg
Personnel: 20 filles
         
             
             
             
             
             

 

Historique - Geschichtlicher Überblick
   
1857 Liste des ganteries - 1857 (Source: Almanach du Commerce du Grand-Duché de Luxembourg par N.C., 1re année, 1857, Luxembourg, Heintzé Frères, Libraires-Éditeurs; page 28; Collection: famille Aschman-Bodson)
   
1862

Rapport général de la Chambre de commerce du 28 octobre 1862, sur la situation du commerce et de l’industrie dans le Grand-Duché de Luxembourg.


XXX. Ganterie.

Depuis 1857, époque du dernier rapportée nombre des fabriques, alors de cinq, s'est réduit à deux, celles de MM. Charles et Comp. et celle de M. G. Mayer; les autres ont liquidé par diverses causes. Le développement de la fabrication, assez marquant pendant les années de 1858 à 1860, s'est depuis lors un peu ralenti dans sa marche ascendante.

Les crises commerciales des dernières années, la guerre civile d'Amérique, où nos fabriques avaient un grand débouché, le renchérissement extraordinaire des salaires et, par suite, un prix de vente plus élevé, ont contribué à ce résultat. D'un autre côté l’insuffisance du nombre des couturières est une entrave au développement dont cette importante industrie serait susceptible, car l'Allemagne et surtout Cologne, profitant de l'école faite si chèrement par les fabricants qui ont introduit cette industrie dans le Grand-Duché, viennent aujourd'hui occuper nos ouvriers, en concurrence avec les fabriques du pays. Si cela est une entrave pour nos fabricants, au moins il en résulte un salaire plus élevé pour les nombreuses ouvrières occupées à la couture.

Les fabricants font des efforts incessants pour remédier à cet inconvénient, efforts qui profitent surtout à la classe peu aisée de nos concitoyens et au succès desquels le gouvernement pourrait venir en aide par des mesures appropriées aux circonstances ; la ganterie étant pour le Grand-Duché une industrie extrêmement importante, ce côté de la question mérite de la part du gouvernement une attention sérieuse. En effet, deux et même trois mille personnes, selon les saisons, trouvent leur existence dans la ganterie; ce sont en majeure partie des femmes, qui travaillent à domicile et peuvent ainsi en même temps surveiller leur ménage et soigner leurs enfants.

Pour les autres ouvriers, tels que mégissiers, coupeurs, teinturiers etc., le Luxembourg peut soutenir la lutte avec l'Allemagne. Les deux fabriques occupent en
mégissiers et ouvriers                70 hommes.
teinturiers                                  45       "
coupeurs                                   65       "
emballeurs et manœuvres         25       "
couturières au moins             1800 femmes.
                                               _____________
ensemble                               2005 personnes

La moindre partie des ouvrières habitent la ville, le plus grand nombre demeurent aux environs, d'autres, plus éloignées habitent les cantons de Remich, de Capellen et même celui de Wiltz. Les travaux des campagnes ont naturellement une grande influence sur le nombre des ouvrières; en hiver le nombre est double de celui de l'été. Le salaire des ouvriers ne peut pas être estimé à moins de fr. 300.000 à 375.000.

Le produit total des deux fabriques peut être évalué à 30.000 douzaines paires de gants, valant                                                                                             fr. 900.000
et à 10.000 douzaines peaux de chevreaux, valant             fr.   70.000
                                                                                            _________
                                                                                            fr. 970.000

Les produits s'expédient en Allemagne, en Russie, en Hollande, en Amérique et en Australie. La Belgique et la France, nous sont fermées par des droits d'entrée prohibitifs. Le bon goût de la coupe, la solidité des couleurs, la bonne couture, la force et la souplesse du cuir, valent à nos gants une renommée bien établie et les ont fait distinguer aux expositions de 1851, de 1861 et 1862. MM. Charles et Comp, ont obtenu la grande médaille aux trois expositions, à Londres, à Metz et à Paris. M. Mayer la première médaille à celle de Metz en 1861.

(Source : Courrier du Grand-Duché de Luxembourg - 20.11.1862)

   
 

En 1870, les produits de cette branche de l'industrie nationale ont été constamment recherchés, principalement chez nos fabricants, qui ont porté à un haut degré de perfection la fabrication de gants de chevreau.
La guerre de 1870-71 n'a fait qu'activer chez nous cette industrie par les entraves portées aux fabriques françaises; espérons qu'une partie de la nouvelle clientèle, amenée à Luxembourg par cette circonstance, restera acquise au pays.
La grande difficulté de la fabrication consiste dans la couture des gants, il y a un manque absolu de gantières dans le pays; ce manque s'accroît encore pendant les saisons où les ouvrières des campagnes sont occupées aux travaux des champs; les fabricants sont donc contraints de faire coudre à l'étranger (en Belgique, en France, en Saxe), ce qui, à cause du transit par les premiers de ces pays, occasionne de grandes difficultés et beaucoup de frais.
Dans la saison d'hiver environ 1500 gantières travaillent pour nos fabriques, tandis qu'au moins un nombre double serait strictement nécessaire.
Dans une grande partie du pays on ne trouve pas de gantières, la couture n'en étant connue que dans les cantons de Remich, Esch-sur-Sûre, Wiltz et dans les environs de Luxembourg.
L'invention d'une nouvelle machine à coudre les gants (brevetée dans le Grand-Duché) avait été saluée avec grand espoir de succès par les fabricants, car seule elle promettait de donner à la ganterie du pays une importance considérable ; nous apprenons que cette machine se produira bientôt en grand, le seul constructeur à Paris ayant été empêché par suite du siège de cette ville et de la dispersion des ouvriers de son atelier, de donner satisfaction à l'inventeur.
La matière première, peaux de chevreau, est à des prix énormes ; le prix des gants s'est élevé en proportion.
Nos deux fabriques occupent, avec quelques mégissiers à façon, 120 ouvriers mégissiers, environ autant de coupeurs et une cinquantaine de teinturiers et ouvreurs.
Tous ces ouvriers n'ont, pour ainsi dire, jamais de chômage, et gagnent un salaire très rémunérateur.

Délivrance du Brevet d'invention N° 357, le 28 janvier 1884, à M. Alfred Jacobs, domicilié à Bruxelles; même représentation ; - pour un mécanisme applicable à toutes machines à coudre les gants et autres articles et propre à teindre automatiquement les coupes ou tranches pendant la couture. (Mémorial A - N° 14 / 21.3.1884)

   
 

b) Réadmission en franchise des gants de peau cousus en Belgique.

Par sa lettre du 23 janvier 1901 l'administration des douanes rappelle que, depuis 1893, nos fabricants de gants sont autorisés à réimporter en franchise les gants de peau qui jouissent de l'admission temporaire en Belgique pour y être cousus. Estimant que la maind'œuvre indigène doit s'être développée depuis ce temps, elle demande l'avis de la Chambre de commerce sur la question de savoir s'il n'est pas indiqué de supprimer ce traitement exceptionnel à partir de fin décembre 1903. La Chambre de commerce reconnaît volontiers que la réimportation en franchise d'un article ne doit pas léser le travail national en opposant à celui-ci la concurrence du travail étranger sous le couvert d'un régime douanier spécial. Ce régime n'est pas à recommander, du moment qu'un pays dispose d'une main-d'œuvre suffisamment développée pour satisfaire aux besoins de son industrie. Malheureusement, le Grand-Duché n'offre pas les ressources nécessaires à la ganterie, et les conditions qui lui ont valu, en 1893, ce traitement de faveur, ne se sont pas modifiées depuis. La main-d'œuvre indigène continue d'être insuffisante. Depuis 1893 nos fabricants ont essayé loyalement de former des ouvrières dans le pays même ; ils ont monté des ateliers dans différents endroits, mais les lourds sacrifices qu'ils se sont imposés, ont abouti presque invariablement à des échecs. Dans quelques localités, comme Esch-sur-Sûre et particulièrement Wiltz, la couture des gants a pris racine ; dans les campagnes tous les essais ont échoué : nos jeunes paysannes préfèrent travailler aux champs ou d'entrer en condition. D'ailleurs, le travail qu'elles fournissaient était peu soigné et donnait lieu à des réclamations incessantes. Comme il est impossible de trouver dans le pays même la main-d'œuvre indispensable, l'industrie gantière est forcée de continuer à s'adresser à la Belgique pour y trouver le complément nécessaire. D'autre part, la couture belge est expressément demandée aujourd'hui par la clientèle anglaise qui tirait autrefois ses gants de France et de Belgique. Son abandon entraînerait inévitablement la perte d'une partie de cette clientèle. Aussi la Chambre de commerce s'est-elle prononcée énergiquement en faveur du maintien du régime douanier existant.

L'année 1901 n'a guère été plus favorable à l'industrie gantière que l'année précédente, conséquence naturelle de la guerre anglais-boër, l'Angleterre et ses colonies étant devenues, depuis quelque temps, le débouché principal de cette industrie. Notre exportation de gants de peau vers les Etats-Unis a presque complètement cessé, Deux causes ont détermine cette situation : les droits d'entrée exorbitants qui frappent cet article et le développement qu'a pris la production de l'industrie gantière à l'intérieur de ce pays. Par contre, l'exportation vers les Etats-Unis s'est emparée d'une autre branche de la ganterie, les peaux de chevreau mégissées et teintes, toutes préparées pour la coupe, ce qui nous a permis d'atteindre en quelque sorte, pour notre commerce extérieur, le chiffre des années précédentes. A en juger par les résultats de la première année, cette branche de l'exportation ouvre une perspective très encourageante a nos ganteries, les droits d'entrée sur les peaux étant moins élevés que sur les gants tout faits, et cet article parait susceptible de se développer dans l'avenir. Au mois de mai éclata une crise intense qui paralysait jusqu'en octobre la fabrication de gants de peau, déjà languissante à cette époque. La situation était des plus difficiles alors. Malgré des réductions de prix, la clientèle anglaise ne donnait pas. La nécessité de sortir d'une situation critique, qui ne pouvait durer, et de fournir de l'occupation au grand nombre d'ouvriers et d'ouvrières s'imposait impérieusement. C'est alors que, grâce à la création d'une certaine qualité fort bon marché que l'on est convenu d'appeler « gant populaire », une reprise des affaires a pu être provoquée. La main-d'œuvre devenait insuffisante alors et il fallait recruter des ouvriers étrangers pour pouvoir satisfaire aux demandes qui se succédaient avec rapidité. A la faveur de cet heureux revirement, le chiffre de la production s'est trouve dépasser finalement celui de l'année précédente et le personnel a été légèrement augmenté. La production s'est élevée en 1901, à 63.000 douzaines de paires de gants et cette industrie occupait, a la fin de l'exercice, 650 ouvriers et 1.300 ouvrières.

(Rapport général sur la Situation de l'Industrie et du Commerce pendant l'année 1901)

  )
14.8.1904

Liste alphabétique des citoyens de la commune de Luxembourg, que la loi appelle à participer à l’élection des membres de la Chambre des Députés ou des membres du Conseil communal. (Collection Charles-Louis Aschman, Luxembourg

Numéro d’ordre.

NOMS & PRÉNOMS
 DES ÉLECTEURS. (Par ordre alphabétique.)

FONCTIONS OU PROFESSIONS

DOMICILE.

NAISSANCE.

TOTAL
 des contributions.

Date.

Lieu.

140

Bloc, Alphonse

Fabricant de gants

Ville haute

4 mai 1854

Luxembourg

  265 78

141

Bloc, Arthur

Fabricant de gants

id.

19 octobre 1846

id.

  265 78

244

Cognioul, Jean-Alph.

Cafetier et fabricant de gants

Grund

30 janvier 1856

id.

    72 19

491

Gehlen-Medernach

Fabricant de gants

Ville haute

17 avril 1837

Hollerich

  485 79

608

Hellinckx, Jean-Fr.

Fabricant de gants

id.

24 sept 1867

id.

  213 32

609

Hellinckx, Philippe

Fabricant de gants

id.

12 novemb. 1871

id.

  106 22

621

Hensé, Jean

Fabricant de gants

id.

6 septemb.1850

Luxembourg

    45 »

1289

Reinhard, Albert

Fabricant de gants

id.

9 août 1853

Hamm

  519 13

 

14.8.1904


Liste alphabétique des citoyens de la commune de Luxembourg, que la loi appelle à participer à l’élection des membres de la Chambre des Députés ou des membres du Conseil communal. (Collection Charles-Louis Aschman, Luxembourg)

Numéro d’ordre.

NOMS & PRÉNOMS
 DES ÉLECTEURS. (Par ordre alphabétique.)

FONCTIONS OU PROFESSIONS

DOMICILE.

NAISSANCE.

TOTAL
 des contributions.

Date.

Lieu.

 29

Arrensdorff, Henri

Gantier

Pfaffenthal

13 août 1851

Luxembourg

    24 »

 69

Beffort. J.-P.-Ruppert

Gantier

Grund

20 juillet 1856

id.

    20 88

72

Beffort, Joseph

Gantier

Pfaffenthal

29 janvier 1828

id.

    13 13

73

Beffort, L.-Ch. Remacle

Gantier et cabaretier

id.

23 juillet 1868

id.

    24 »

102

Bernardin, Antoine

Gantier

Ville haute

10 novemb. 1871

id.

    15 »

507

Gillen, Jean, fils

Contre-maître gantier

Gare

15 février 1858

Luxembourg

    30 »

589

Haustgen, Edouard

Gantier

Clausen

8 août 1842

id.

    73 77

590

Haustgen, François

Gantier

id.

1er juin 1849

id.

    23 09

614

Henkes, Nicolas

Gantier

Ville haute

15 août 1877

Bonnevoie

    12 »

871

Kraus, Nicolas

Gantier

id.

3 décemb. 1864

 

    12 »

922

Lang, Antoine

Gantier

id.

10 mars 1849

Luxembourg

    22 »

924

Lang, Jean

Contre-maître gantier

Pfaffenthal

20 mars 1870

Bonnevoie

    24 »

926

Langsam. Nicolas

Gantier

Luxembourg

20 avril 1851

Luxembourg

    13 »

937

Lauff, Michel

Coupeur-gantier

Glacis

8 mai 1851

id.

    10 »

1007

Mangerich, Jacques

Gantier

Ville haute

8 avril 1866

id.

    16 »

1013

Martin, Max

Gantier

Clausen

19 mars 1843

id.

    12 80

1015

Martin, J.-B.

Coupeur-gantier

id.

7 janvier 1873

id.

    16 »

1056

Merten, Jacques

Contre-maître gantier

Avenue de la gare

4 février 1843

Mühlenbach

    30 »

1123

Mulheims, Louis

Gantier

Pfaffenthal

21 mai 1858

Bruxelles

    20 »

1163

Niederführ, Auguste

Gantier

Ville haute

30 juin 1849

Luxembourg

    10 »

1232

Pfeiffer, Auguste fils

Gantier

Clausen

1er janvier 1867

id.

    13 »

1233

Pfeiffer, Charles

Coupeur-gantier

Grund

23 mai 1875

id.

    12 »

1234

Pfeiffer, François

Coupeur-gantier

Clausen

25 juin 1838

id.

    14 84

1235

Pfeiffer, Joseph

Cabaretier - gantier

id.

12 juillet 1867

id.

    52 04

1519

Schwartz, Jean

Gantier

Grund

18 septemb. 1843

Flaxweiler

    38 30

1636

Thomas, Servais

Gantier

Pfaffenthal

25 janvier 1860

Luxembourg

    20 »

1690

Wagner, Jean-Pierre

Gantier

Grund

10 novemb. 1869

id.

    24 »

1747

Weisgerber, Georges

Gantier

Pfaffenthal

15 août 1858

id.

    22 50

   
11.1.1918

Chilot, Gindorff & Cie
Poststraße 120
Esch/Alzette

Tüchtige Schuster und Schäftestepperinnen (Handschuhnäherinnen) gesucht

(t: 11.1.1918)

   
   

Bibliographie
   Titel - Titre
Author - Auteur - Autor
Date
Edition - Verlag
Contents - Contenu - Inhalt
Pages- Seiten
ISBN
  Die ehemalige Gerberindustrie in der Ortschaft Redingen Nehrenhausen, Jeannot 2002 In: 150e anniversaire Chorale et Harmonie Ste Cécile Redange/Attert : 1852 - 2002   223 - 243  

Liens / Links
Liederindustrie zu Lëtzebuerg - Industrie du cuir au Luxembourg - Lederindustrie in Luxemburg

This is not the official page of these companies. Any information or picture completing these pages is welcome! For more information just send us an e-mail.

Ceci n'est pas la page officielle de ces firmes. Toute information ou photo pouvant compléter ces pages est la bienvenue! Pour des informations supplémentaires, veuillez nous envoyer simplement un e-mail.

Dies ist nicht die offizielle Seite dieser Firmen. Jede Information oder jedes Foto, welche(s) diese Seiten vervollständigen, ist herzlich willkommen! Für mehr Informationen, senden Sie uns einfach eine E-mail.

 

Created by / Créé par / Copyright: jmo